18 mai 2003

Mondialisation, pourquoi est-ce un bienfait…

La mondialisation est l’uniformisation, la standardisation, des outils, économiques, politiques, culturels, permettant les échanges entre les individus. Ce n’est pas la transformation des modes de vie en un standard unique qui transformerait notre planète en un monde uniforme, comme il peut être décrit dans des films tels que Métropolis de Fritz Lang.


Beaucoup de personnes luttent contre la mondialisation, en avançant comme argument qu’ils ne veulent pas perdre leur identité, et devenir une « province américaine », ne manger que chez McDonnald…

Je pense qu’ils font, volontairement ou non, un amalgame destiné à faire peur. Car personne ne souhaite un pays, un monde, uniforme, où tout le monde vit de la même façon, pense de la même façon.

Qu’implique la mondialisation ?
Elle permet de mettre en commun, d’harmoniser, les outils qui favorisent les échanges entre les peuples. Ces outils sont économiques, politiques, scientifiques, culturels. Et la mondialisation de date pas d’aujourd’hui. Depuis l’aube des temps, l’être humain a évolué vers une uniformisation des outils permettant les échanges.

Autrefois, les tribus avaient chacune leur culture, leur langage, leurs unités de mesure. Elles se sont peu à peu regroupées, pour être plus fortes. Et cela passait obligatoirement par la mise en place de références communes et uniques.
Lors du Moyen-Age, chaque seigneur avait la possibilité de frapper sa monnaie, chaque fief pouvait avoir son propre langage, ses propres unités de mesures. Que serions-nous aujourd’hui s'il n’y avait pas eu uniformisation de ces outils ? Et pourtant, les différentes régions françaises ont quand même gardées leurs traditions, leurs cultures régionales.

La mondialisation n’est que la suite logique de ce mouvement qui a débuté avec la naissance de l’homme.

Il faut favoriser les échanges entre les peuples, entre les individus, et cela passe obligatoirement par la mise en place d’outils communs. L’euro, la monnaie unique européenne, permet cela, en mettant à l’abri des fluctuations monétaires les différents producteurs.
En effet, n’était-il pas rageant pour un producteur (agricole ou industriel) français, de voir qu’à cause d’une fluctuation monétaire dont il n’était en rien responsable, sa production autrefois compétitive n’était plus vendable en dehors de nos frontières ?

Il en est de même pour le langage Les pays orientaux et slaves se mettent peu à peu à utiliser l’alphabet latin, ce qui facilite de plus en plus la communication avec les autres pays.

Aujourd’hui, nous utilisons tous le même calendrier. Imaginez un peu que chaque pays décide de conserver à tout prix son propre calendrier. Comment arriverions-nous à fixer des rendez-vous, à mettre en place des événements internationaux ?

Et je suis sur que vous pouvez trouver de nombreux exemples autour de vous des bienfaits de que peut apporter la mondialisation.

Heureusement que les scientifiques disposent d’un langage commun, le latin, pour décrire les différentes espèces vivantes, les différents composés chimiques. Imaginez que chaque pays décide que son système de description doit être le seul à être utilisé. Comment les échanges pourraient se faire, afin que la recherche progresse ?

Il ne faut pas perdre de vue que ce ne sont que des outils. La monnaie n’est qu’un outil, et non une fin en soit. Et donc, lorsque l’outil n’est plus adapté, il faut en changer. Ceux qui sont contre l’euro, sont contre le progrès qui permet de faciliter les échanges, et doivent sûrement considérer l’argent comme un objectif, et non comme un moyen. Pourquoi ne pas carrément permettre à chaque région de frapper sa propre monnaie dans ce cas là ?

La mondialisation est l’uniformisation, la standardisation, des outils, économiques, politiques, culturels, permettant les échanges entre les individus.
Ce n’est pas la transformation des modes de vie en un standard unique qui transformerait notre planète en un monde uniforme, comme il peut être décrit dans des films tels que Métropolis de Fritz Lang.

Il ne faut pas se tromper de combat. Nous pouvons préserver nos traditions, nos us et coutumes, nos spécificités culturelles tout en ayant des référant, des outils, communs.

La mondialisation doit être accompagnée, contrôlée, planifiée, et non rejetée…

Un jour, peut-être, l’humanité disposera d’une monnaie unique mondiale, d’un langage commun, qui permettront aux différents peuples et individus de mieux se comprendre, de plus échanger, de progresser plus rapidement dans la recherche d’une vie meilleure, tout en ayant préservé les spécificités culturelles régionales.

AJOUT DU 08/06/03

Suite au sommet du G8, le mouvement anti-mondialisation ne veut plus être appellé ainsi. Il préfére désormais le terme d'Alter-Mondialisation (pour une mondialisation alternative).
Ce qui veut bien dire que le phénoméne de mondialisation est non seulement ineluctable, mais aussi souhaitable pour la majorité d'entre nous. La question n'est plus pour ou contre, mais comment...
Il y a donc une évolution dans les mentalités, et je trouve cela plutôt positif....
Enregistrer un commentaire